CARTE BLANCHE

CARTE BLANCHE AU CENTRE POMPIDOU-METZ

En écho à l’exposition « Sublime. Les tremblements du monde », le Festival du Film Subversif et le Centre Pompidou-Metz s’associent pour présenter le cycle Nature Accablante, introduit par une sélection de films d’artistes. Informations et billetterie dédiée ici.

Vendredi 10 juin à 16h00

Auditorium Wendel

Troublemakers. The Story of Land Art, 2015, réal. James Crump, 70 mins, VOSTFR (E.-U.)

Troublemakers  propose une immersion au cœur de l’univers des pionniers du Land Art —Walter De Maria, Dennis Oppenheim, Robert Smithson, Nancy Holt, Michael Heizer—  durant les bouillonnantes années 60 et 70 avec des images d’archives rares et de nombreux entretiens.

Le film sera précédé de Bending to Earth (2015, 15’) et Definition Landfill (2014, 5’) de Rosa Barba.

Pour en savoir plus : troublemakersthefilm.com

Bande annonce :



Samedi 11 juin à 16h00

Auditorium Wendel

Melancholia, 2011, réal. Lars von Trier, 2h15, VOSTFR (Français, Danois, Suédois, Allemand)

À l’occasion de leur mariage, Justine et Michael donnent une somptueuse réception dans la maison de la soeur de Justine et de son beau-frère. Pendant ce temps, la planète Melancholia se dirige vers la Terre…

Bande annonce :



Dimanche 12 juin à 16h00

Auditorium Wendel

L’Epopée de l’Everest (The Epic of Everest), 1924, réal. John Noel, 1h27 (G.B.)

L’Everest, en tibétain Chomolungma, 8 848 mètres, identifié comme le plus haut sommet du monde au-dessus du niveau de la mer. En juin 1924, George Mallory et Andrew Irvine grimpèrent vers leur mort, disparaissant de la vue de leurs camarades d’expédition sur le versant Nord-Est de l’Everest. Une des plus grandes controverses de l’histoire de l’alpinisme était née : avaient-ils réussi à atteindre le sommet avant de mourir ? Membre de l’expédition, le réalisateur et explorateur aguerri John Noel était spécialement équipé de caméras et de téléobjectifs conçus pour filmer à des altitudes jamais atteintes. Le documentaire étonnant qu’il tira de ces prises de vues si chèrement obtenues est un vibrant hommage à l’ambition des deux alpinistes ainsi qu’à l’invaincue et majestueuse montagne. Mais au-delà du compte rendu de l’exploit de ses compatriotes, John Noel fit preuve d’un talent exceptionnel en filmant les Tibétains et le monastère de Rongbuk, nous délivrant des images d’une rare valeur ethnographique.

Le film sera précédé de Arctic Pull (2003, 11’30 ») de Darren Almond et de Nummer acht, Everything Is Going To Be Alright (2007, 10’10 ») de Guido Van der Werve.

Bande annonce :